08 septembre 2006

Un nom qui en dit long, Hamperokken – 1404m

 Je crois que nous avons atteint un palier dans notre éternelle recherche de la meilleure randonnée. Nous avions décidé de nous attaquer à un sommet situé sur la terre ferme (Mainland), à une quarantaine de kilomètres de notre petit quartier de Ørndalen. Et il faut l’avouer 80km de vélo associés à un dénivelé de 1400m sont largement suffisants pour un dimanche de repos !

 Revenons donc quelques jours en arrière….malgré une météo un peu capricieuse, le noyau dur de l’équipe (Johannes, José, Myrtille et moi) avons décidé de quitter notre lit douillet à 8h00, alors que la pluie venait de s’arrêter quelques heures auparavant. La route était encore détrempée, mais après un rapide coup d’œil sur la météo de la journée, nous avions bon espoir. Ainsi, nous traversons la ville en à peine 1/2h, la circulation déjà pas très importante en semaine devient inexistante à cette heure-ci ! Après le passage du pont, nous bifurquons plein sud pour longer le fjord principal, où se situe l’île de Tromsø (Tromsøya), pour rejoindre le petit fjord nommé Ramfjorden. La route côtière est tout simplement magnifique à cette heure-ci de la journée, la mer étant calme et la lumière douce.
    Le trajet s’effectue à bonne allure malgré quelques arrêts pour se repérer sur la carte après s’être trompé de route…. Puis nous entrons dans le vif du sujet en remontant la vallée à l’intérieur des terres, en imaginant le déroulement de notre rando.

 

kjhgf

    Enfin, le point de départ de la rando apparaît ! Un petit panneau d’affichage nous indique que les saumons sont contaminés par une bactérie. Cependant, aucun risque pour nous, nous pouvons boire l’eau du torrent. Johannes, en 5ème année de médecine nous le confirme ! Nous accrochons nos vélo, et nous partons, jusqu’au premier emplacement ensoleillé, pour un premier ravitaillement avant les festivités. Le lieu est étrange. Nous avons l’impression d’être à des années lumières de la civilisation alors que nous ne sommes qu’à 20min de Tromsø en voiture !! Pour finir de nous surprendre, nous voyons débarquer un groupe de randonneurs norvégiens, des étudiants de la fac, qui ont également décidé de venir se frotter à ce sommet. Décidément, nous avons toujours l’impressions de venir dans un endroit isolé, et nous trouvons finalement toujours du monde !! Signe que la ville n’est pas loin du tout ! On discute un peu et ils nous demandent si nous connaissons le chemin….un comble ! On échange nos avis sur la météo. Deux chemins permettent d’accéder au pic, un par la vallée (ancienne moraine) et l’autre par les crêtes. Nous écartons le passage par les crêtes pour cause de nuages qui s’amoncellent. On ne voudrait pas se retrouver dans le brouillard là-haut. Les norvégiens décident de passer par les crêtes, le chemin est « soi-disant » plus court. Nous nous séparons, chacun suivant son itinéraire

pano_d_but2_copie

     Après un court passage à travers une forêt de bouleau, la végétation de devient rase (myrtilles et bruyères), comme sur tous les sommets alentours, aux environs de 250-300m (En comparaison au 2700m dans les Alpes). Commence alors l’univers minéral d’une ancienne moraine où subsiste quelques rares plantes colorées, qui nous mène jusqu’à un lac glacière.

P9030124 P9030132 montee P9030165

    Après une brève pause, nous entamons la montée vertigineuse vers la crête. Les passages deviennent très raides sur la fin, mais le spectacle est saisissant, d’un côté lac qui paraît désormais petit, de l’autre, un glacier en fin de vie ! Il ne nous reste plus que le pic final. Cette partie est particulièrement impressionnante et nous arrivons à un point que nous considérons comme notre sommet, la partie finale nous paraissant trop dangereuse. Satisfaits de notre ballade, quoiqu’un peu frustrés, nous prenons l’habituelle photo du « sommet », et nous entamons notre descente. Nous croisons alors un groupe de personnes, dont probablement un guide, quelques mètres en dessous de notre « sommet ». Ils ont l’air décidé à atteindre le pic final. Nous les observons faire et en moins de 3minutes, ils sont au sommet ! Ni une ni deux, notre esprit de conquête reprend le dessus, nous remontons ! En effet, malgré les apparences et un passage aérien, le sommet est facile à atteindre ! Et là quel spectacle ! La plate-forme ne fait que 5m sur 5, et de tous côtés le vide fait rempart. Probablement la plus belle vue que nous ayons pu observer jusqu’à maintenant. On se croirait dans les Alpes, des glaciers à 360° mais avec les fjords en contrebas, 1400m sous nos pieds !

 

kjnhbgvf

    Mais nous ne nous attardons pas ! Malgré la difficulté de cette course, nous sommes loin d’être seuls ! Les norvégiens arrivent également ! Ils mangeront au sommet. On discute un peu, ils nous offrent des chocolats (!!!), nous prenons la photo au véritable sommet et nous signons la Livre d’Or. Et là, encore un surprise ! Contrairement aux autres sommets, où plus d’une cinquantaine de personnes passaient par jour, ce livre est ici depuis 2001 !!! Alors malgré la vingtaine de personnes qui sont venues aujourd’hui, peu de gens arrivent au sommet en temps normal !

 

pano_hamperoken_1bis_copie

    Nous redescendons, prenons un rapide casse-croûte pour ne pas laisser le temps aux nuages de s’installer et repartons par le chemin des crêtes, cette fois-ci ! La descente est en effet plus longue, mais également beaucoup plus agréables. Les couleurs sont de plus en plus dorées, et les arbres aux couleurs dans la vallée, ne font qu’embellir le spectacle. Nous ponctuons cette descente de nombreuses pauses, et nous accordons même une sieste, dans la partie finale. Le tapis de myrtilles et de bruyères fait un excellent matelas.

Le 360° en redescendant :

pano_hamperoken_2

 
 Enfin de retour à nos vélos, un dernier ravitaillement avant nos deux heures de vélo ! Nous sommes pliés en deux par nos fous rires ! C’est bon signe nous avons encore du jus !

 

    Le retour se fait à allure modérée, surtout dans les côtes, et elles sont nombreuses même sur la route côtière ! Enfin nous arrivons, à Ørndalen, épuisé mais satisfait de n’avoir pas abdiqué devant la météo le matin et pu apprécier le paysage au sommet de l’un des plus haut pic de la région ! Mais sommes d’accord sur un point : 80km max. surtout avec 1400m à gravir.


 Dans un registre plus conventionnel, mes cours ont effectivement commencés, je vais à la fac tous les jours, mais pour quelques heures seulement, puisque je n’ai que 16h de cours par semaines (cours de norvégiens compris !) Mais, je vous en dirais plus dans très peu de temps ! Je viens juste de finir ma première sortie terrain ! Son récit sera l’occasion sera l’occasion de vous détailler mon travail au département de géologie !

Posté par sylvain74 à 11:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Un nom qui en dit long, Hamperokken – 1404m

    Ben ça à l'air d'aller !

    Coucou cher ami, ça me parait bien sympa cette "petite" rando. J'adore la vue mais un peu moins les sueurs qu'il faut sacrifier avant de pouvoir la savourer. Ton côté sportif est complétement mobilisé alors pour moi experte en canapé et autre clic-clac ça serait à coup sûr mission impossible! Je te laisse et te retrouve un peu plus bas dans la page pour suivre les anecdotes du barbecue. Biz

    Posté par Pimousse, 08 septembre 2006 à 17:10 | | Répondre
Nouveau commentaire